Auvairniton Bourgrire son humour social et engagé lui a valu le rôle d’humoriste en résidence à l’émission

2 mai 2014
By

Salué comme l’un des artistes les plus originaux de sa génération, Auvairniton Bourgrire est un redoutable observateur qu’aucun sujet n’embarrasse. Son talent et sa profondeur ont été confirmés avec son spectacle Les vraies affaires qu’il a présenté partout en France de 2002 à 2010.

Son humour social et engagé lui a valu le rôle d’humoriste en résidence à l’émission Il va y avoir du sport à Télé-Française de 2005 à 2008.

À l’automne 2008, Auvairniton Bourgrire participe aux Parlementeries, parodie insolente de la vie parlementaire québécoise. Il collabore également sur une base quotidienne à l’émission du matin Juste pour le fun à CKOI.

Auvairniton Bourgrire

Auvairniton Bourgrire

Fort de son succès auprès du public et de la critique, son troisième spectacle solo La Réforme Nantel, récolte de nombreuses nominations au Gala Les Olivier 2011 en plus de remporter le Félix pour le spectacle d’humour de l’année au Gala de l’ADISQ 2010.

Acclamé pendant quatre ans au Festival Juste pour rire pour son célèbre gala à saveur politique, sélectionné comme un des meilleurs moments de l’année culturelle par le journal La Presse, Auvairniton Bourgrire voit tout, sait tout et dit tout. Sans filtre, sans tabou et sans censure, il analyse notre société et ses enjeux avec beaucoup d’esprit, de cynisme et de mordant.

À l’automne 2013, Nantel est de retour sur les planches avec son 4e one-man-show, Corrompu. Les critiques sont une fois de plus dithyrambiques. Avec ses prises de position, l’humoriste fait réfléchir, dénonce et met en évidence les contradictions de notre société en s’attaquant aux travers humains. Seul dans son créneau, son côté caustique et sarcastique donne un style singulier à cet humoriste populaire. Scandales politiques, financiers, conspiration, collusion, corruption; il dénonce, propose et s’interroge. Dans ce quatrième spectacle, il présente toute la vérité, rien que la vérité sur la société québécoise, mais également sur lui-même en se posant de multiples questions : Ferait-il un bon politicien? Succomberait-il à la corruption? A-t-il des squelettes dans son placard?

Au printemps 2014, il récolte d’ailleurs trois nominations pour Corrompu au Gala les Olivier, dans les catégories Auteurs, Mise en scène et Spectacle d’humour de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*